Troisième sortie en mer

Les sorties se suivent et ne se ressemblent pas. Notre départ étant perpétuellement décalé (nous avions prévu de partir ce Dimanche), nous avons pu, aujourd’hui, amener naviguer les ouvriers qui ont travaillé dur sur notre bateau depuis presque 4 ans. Nous leurs avions conseillé de ne pas emmener femmes et enfants, c’est pourquoi ils les ont tous emmenés.sortie3bis

Or, il faut savoir que l’eau n’est pas un élément habituel pour le Tamoul. Certes, il en boit, chaude et parfumée (le Thé), il en voit tomber (la mousson), mais la mer a toujours été vue comme un ennemi (et le fait que le Tsunami de 2004 n’ait pas emporté que sa belle-mère n’a pas arrangé les choses).

Et l’eau, aujourd’hui, contrairement aux autres sorties, avait décidé de s’agiter un peu. C’est donc face à de belles vagues de 2 mètres qu’il a fallu sortir et rentrer dans la passe. Passe un peu stressante puisqu’il faut y effectuer un virage à 90° à ras des cailloux, sur 10 mètres de large (le bateau en faisant 8 !).

Donc, une fois dehors, nos passagers n’en menaient pas large, et les rires de soulagement de s’être sorti de là ont rapidement fait place à… ben, du vomi ! Disons que sur la vingtaine de passagers indiens, une dizaine a fini l’estomac par-dessus bord (s’il avait le temps) ou sur le pont (par manque de temps), voir, sur le plancher en teck du cockpit (par manque de motivation). Bébés allaités, femmes en saris, ouvriers fiérots, tous y sont passés.

Cette ambiance, disons, peu amarinée, alliée au vent quasi absent, nous a fait vite rejoindre notre petit port tranquille, et c’est assez rapidement que tout ce petit monde a regagné la terre ferme, le sourire aux lèvres.

Ce fut l’occasion pour Lola, Timéo et Mael de faire leur première sortie en mer, avec des copains à bord (ça change des fêtes de pirates déguisées), et de rentrer tout fiers parce que eux n’avaient pas été malades !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *